Pour nous contacter Association Lao du Languedoc Roussillon 11 rue des Tamaris 34920 LE CRES MONTPELLIER - FRANCE Tel : 04 67 87 00 92 Centre Culturel et Cultuel Lao de Montpellier Pagode Vat Xieng Thong 1 Place du Laos (575 rue Rouget de Lisles) 34070 MONTPELLIER FRANCE centreculturellao@gmail.com concepteur : Say Boungnaseng www.sayconcept.net sayconcept@gmail.com
www.centreculturellao.org
accueil vat XiengThong calendier des fêtes association photos partenaires Articles de presse Actualités Conseil d’administration Conseil d’administration photos Orchestre sieng lao Nous trouver par google Devenir notre partenaire
La pagode at Xieng-Thong de Montpellier prend de l'ampleur.  Quatre ans après avoir inauguré la sala, grande salle à vocation religieuse et festive, et le kouti, logement du vénérable ou bonze, elle se dote désormais de son temple (vihan) dont la conception s'ordonne entièrement autour de l'emplacement de la pierre mère de 500 kg en granit qui sera implantée et scellée au cœur de l'édifice le jour de la cérémonie inaugurale, avant d'être couverte de feuilles d'or.  L'axe au centre duquel se trouve la pierre mère symbolise la voie du Bouddha qui est la voie du juste milieu, souligne l'architecte Jean-Christophe Marchal. Il détermine une parfaite symétrie entre partie gauche et partie droite, entre partie chaude  et partie froide, et tous les composants du bâtiment s'intègrent dans cette symétrie. " La construction, basée sur la morphologie du temple de la pagode Vat Xieng Thong existante au Laos,  suit fidèlement  les principes de la haute qualité environnementale (HOE). Il a fallu l'adapter aux contraintes spécifiques de la France. Jean-Christophe Marchal  indique: “ Une recherche graphique importante a été nécessaire afin de respecter les proportions et le design du temple modèle laotien, alors que l'enveloppe du temple de Montpellier est différente pour faire face aux contraintes thermiques et acoustiques. Par exemple, des panneaux en fibre de bois assurent l'isolation thermique. Notre équipe a donc dû concevoir un nouvel ensemble de courbes figurant l'harmonie géométrique, puis donner les indications au bureau d'études afin qu'il valide les calculs." 60 m3 de bois brut pour réaliser le chantier.
Quant aux matériaux, la priorité va aux produits naturels, en particulier au bois qui, « des racines aux feuilles, symbolise l'union entre la terre et le ciel. » Le chantier a nécessité 60 m3 de grumes de thuyas et de cèdres originaires de Normandie et la quantité de bois entrant dans la construction atteint 29 m3. À l'intérieur du temple d'une surface de 70 m2 utiles, six piliers ronds en cèdre, hauts de 7,5 m et d'un diamètre de 45 cm, matérialisent l'allée centrale.   Deux autres, de 3,9 m de haut seulement, complètent les structures verticales intérieures. Pour réaliser l'auvent et le mur d'enceinte, 24 poteaux carrés (section de 36 X 36 mm et hauteur de 2,7 à 5,3 m) en thuya auront été nécessaires.   La spectaculaire toiture se compose de plusieurs bandeaux en mélèze cintrés pour lesquels “ les courbes ont été calculées par rapport au centre du temple, afin d'obtenir une symétrie parfaite ", précise Jean-Christophe Marchal.   L'ossature principale de la charpente est constituée de fermes et de structures en bois reposant sur les poteaux et murs d'enveloppe. Des pannes, chevrons et carrelets supportent les tuiles plates à tenon en terre cuite. Denis Glemin, le conducteur de travaux des Ateliers Férignac à qui est revenu le lot structures bois, précise, quant aux procédés utilisés : “ Au niveau de la charpente, nous avons eu recours à la technique de l'embrèvement en gorge (ergot) pour l'assemblage des arbalétriers. Celui des chevrons est de type tenon/mortaise et queue d'aronde, comme l'assemblage des résilles en thuya au plafond intérieur du bâtiment.” Toujours pour la toiture, sur les deux murs en façade et à l'arrière du bâtiment, des rives maçonnées (cordons en mortier) assurent la jonction entre les tuiles plates et les bandeaux cintrés. Jean-Christophe Marchal insiste sur la qualité de l'exécution par les Ateliers Férignac : “ Ce travail de maçonnerie nécessairement en courbe et fait à la main a été remarquable ", insiste-t-il. Après l'achèvement des travaux de structure en mai dernier, l'Association Lao du Languedoc-Roussillon, maître d'ouvrage, prévoit de faire monter des panneaux de teck sculpté de 7 cm d'épaisseur comme parement des murs extérieurs. Pour l'habillage intérieur, elle envisage d'utiliser du bois de rose (maïdou) caractérisé par sa très forte densité et sa couleur marron foncé. Parmi les nombreuses décorations, cinq têtes de naja (dragon ou serpent) ornent déjà le toit. D'autres seront installées le jour de la cérémonie d'inauguration, ainsi que plusieurs objets reflétant la philosophie bouddhiste. Jean-Christophe Marchal explique: « Alors que la pierre mère, centrale, symbolise la terre, un os d'homme éveillé - un bouddha - sera placé dans une toute petite chapelle en haut du temple. Il est la marque du nirvana. » Un état de détachement dans la sérénité et sans aucune souffrance. Yves TOPOL FICHE TECHNIQUE Maître d'ouvrage: Association Lao du Languedoc Roussillon  Maîtrise d'œuvre: Jean-Christophe Marchal (Pérols) et Christian Laune (Alès), architectes Bureau d'études techniques: Gaujard Technologie (Avignon) Bureau de contrôle: Socotec  Travaux, lot structures bois: Ateliers Férignac à Hautefort (Dordogne) Chantier de juin 2009 à mai 2010   Les visiteurs ont ainsi pu visiter le temple de style purement laotien, qui reflète dans son architecture le mode de pensée bouddhiste. Le bois y joue un rôle fondamental, aussi bien au plan symbolique qu'au niveau du système constructif.
Hérault Juridique & Economique  n° du 9 septembre 2010 Journées du Patrimoine les 18 et 19 septembre La Pagode lao de Montpellier ouvre ses portes au public
Midi Libre Montpellier et sa région du 21 février 2011 Fête à la pagode La pagode Vat Xieng Thong a célébré, hier la fête religieuse de Makha Bouja, en commémoration de la prédication du Bouddha devant 1250 arahats, les sains bouddhiques. L’association Lao Languedoc Roussillon, qui organisait la fête, en a profité pour rendre hommage à Georges Frêche, qui avait soutenu le projet de pagode lorsqu’il était maire de Montpellier. Etaient présents Christian Bourquin, président de la Région et Alain Zylberman, vice-président de l’Agglo de Montpellier, représentant Jean-Pierre Mourre. 
Midi Libre Montpellier et sa région du 9 janvier 2012 2012, année criciale pour la pagode lao Chantier / L’association espère terminer la construction du temple boudhiste. “Nous allons attaquer cette année, non avec une armée, mais avec notre volonté obstinée d’avancer les travaux.” Hier, lors de la fête religieuse boudhiste de Boun Tackbath, à la pagode Vat Xieng Thong, à la bagatelle, Bounhéng Saignavongsa, le président de l’association Lao du Langue doc Roussillon a présenté ses voeux et les objectifs à venir. 2012 sera une année cruciale. Le but est de terminer le temple et de régler la question du bois. Conçue pour être le centre culturel et cultuel laotien de la région, la pagode a ceci de particulier et d’exemplaire, c’est de se construire à la seule force de l’engagement et du bénévolat des hommes de l’art (architecte, spécialiste des charpentes bois, par exemple, prêtent leurs concours amicalement) et des dons des particuliers (la com- munauté laotienne de Montpellier et de France). Avec des moyens financiers dès lors très serrés, l’association a “perdu un an à cause du bois de teck thaïlandais, trop cher. Nous avons contacté l’Indonésie et le Laos, mais si le prix reste trop élevé, nous opterons pour du chêne massif. L’oeil fixé sur les échéances à venir, “installer les réseaux de climatisation naturelle, finir les terrassements”, pour préparer à l’horizon 2015, l’inauguration officielle. Le jour où le centre pourra enfin déployer la palette de ses activités et “devenir un lieu de rencontres et d’échanges pour tous, quelles que soient ses opinions, sa religion ...” En attendant , l’infatigable et opiniâtre président se réjouit de voir que la pagode bénéficie d’une nouvelle adresse : 1 place du Laos! “Je remercie la Ville de Montpellier qui a bien voulu nous faire cet honneur”, conclut-il dans un sourire impassible. DIANE PETITMANGIN dpetitmangin@midilibre.com
Articles de presse